La mer est arrivée au pied de ma maison
tout était d’un calme absolu
plus de rivages, plus de rocs d’acier, plus d’horizon
on dirait que le navire a chaviré trop de fois

Je me rappelais de ces marins qui fixent le soleil avant de mourir

Bénédicte disait toujours « qu’un voyage long est un sacrifice »

Alors je me suis rappelé que j’étais immortel
Et perché sur ce nuage
je regardais pour la dernière fois

shimon yalin yelinek


le soleil s’éloigner

Edgar Georges, 2001